Qu’est-ce que l’euthanasie?

euthanasie-presentation-e-infanta.com

Suite a ce film, je me suis posée des questions sur l’euthanasie. Avez-vous déjà entendu parler de l’euthanasie ? Connaissez-vous sa signification et son application ? Est-elle légale dans votre pays ? Nous allons essayer de répondre à toutes ces questions et vous informer sur ce mot?

Étymologie

Le mot euthanasie est composé de deux mots grecs que sont « eu » signifiant bon et « thanatos » qui veut dire mort. L’euthanasie désigne ainsi l’acte médical pour faire mourir intentionnellement un malade incurable dans le but d’abréger ses souffrances. Il existe deux possibilités pour le faire soit en décidant d’agir soit en s’abstenant d’agir pour arriver au même fin. On distingue l’euthanasie active de l’euthanasie passive.

L’euthanasie active et l’euthanasie passive

qu-est-ce-que-l-euthanasie-e-infanta.comL’euthanasie active en d’autres termes est le fait d’agir pour faire mourir le malade. Pour cela, on administre au patient une substance euthanasiante pour déclencher la mort dans l’immédiat. A la demande du malade, le médecin débute les étapes tout en douceur pour provoquer la mort. Il commence par générer un coma, puis injecte une substance pour stopper la respiration. Après quelques minutes, le patient meurt à cause du manque d’oxygène dans son cerveau.

Par contre l’euthanasie passive consiste à ne rien faire. Autrement dit, afin d’accélérer la mort du malade, il décide d’arrêter tous les traitements. Elle est donc contraire à l’acharnement thérapeutique qui insiste à maintenir de façon obstinée la vie d’une personne incurable.

Les pays qui autorisent l’euthanasie

En principe, tuer reste un crime. Pourtant dans certains pays, la loi sur l’euthanasie autorise cette pratique sous les conditions exigées. C’est le cas de certains pays européens tels que Belgique, Suisse, Pays-Bas et Luxembourg. Quelques États américains l’autorisent également.

Mais seulement quatre pays permettent l’euthanasie active de manière légale depuis 2015 notamment la Colombie, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. La plupart des pays dans le monde à l’exemple de Washington, Californie et France, interdisent cette pratique mais préfèrent l’euthanasie passive.

Les démarches à suivre pour l’euthanasie

Le patient peut inscrire à l’avance ses volontés de fin de vies dans une déclaration. Donc en cas de coma ou de perte de conscience irréversible le malade a déjà décidé son sort. Un proche peut également décider en l’absence de cette déclaration. Si le malade est encore conscient, il peut directement exprimer sa volonté de se faire euthanasier.

Par exemple en Belgique, l’euthanasie n’est déclenchée qu’après vérification de certaines conditions. D’abord, la demande du patient doit être formulée volontairement, sans pression de l’extérieur, réfléchie et répétée. Seule une personne ayant une maladie incurable peut réclamer cet acte. La souffrance physique et morale doit être constante, insupportable et inapaisable, une situation due à une affection accidentelle ou une pathologie grave et incurable. Enfin, le patient doit être une personne majeure bien consciente de sa décision ou une mineure capable de juger par elle-même. Il faut remarquer que le médecin a le droit de refuser l’euthanasie. Le patient devra trouver celui qui accepte sa demande.

De nos jours, l’euthanasie provoque encore des avis mitigés chez les législateurs et même chez les personnels de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *